Questions d’êtres

Combattre les pensées négatives et guérir

Les Discours bienveillants d’Anazariah
vendredi 20 janvier 2012 par Liberty man

Discours 3

Lorsque je regarde une photo de ma planète , je ne vois que des couleurs : du bleu, du marron et du blanc . Je sais que ces couleurs sont illusoires car elles ne sont que ce que mes yeux perçoivent sur la photo. mais pourquoi ne vois-je rien d’autre ? Ni humains, ni végétation, ni animaux, ni constructions ...rien comme si nous n’existions pas. Je me suis demandée : et si nous étions une superposition d’images créées par un Etre pensant ? Je me suis dit : le cinéaste conçoit un scénario et il filme des acteurs bien réels . Tout ceci est enregistré sur un support ( bandes, CD , disque dur ....) . Puis le tout est projeté sur un écran ( de cinéma ou de télévision ) . Ce que je vois sur mon écran n’est pas la vérité , ce ne sont que des images virtuelles , des personnes illusoires . Ce que je perçois donc est un reflet d’un reflet. Où se trouve le monde réel ? Où se cache notre vrai source : notre être véritable ? N’avez-vous jamais perçu une sensation de n’être qu’un rêve ? Nous ne voyons rien sur l’image de la terre parce que nous sommes ailleurs , dans une dimension parallèle à celle de la terre et ce sont le mélange , la fusion des deux qui nous donne l’impression de vivre sur la planète . Ne dites pas cela à ceux qui souffrent ! pourrait-on me reprocher . J’ai eu mon lot d’épreuves et de souffrance moi aussi . Mais qui n’a pas fait l’expérience dans ses rêves , de douleurs intenses, de chagrins profonds, de désespoir ou même de visions d’horreurs ? Était-ce la réalité ou une illusion fabriquée par le mental ? Le rêve se déroule-t-il dans une dimension de l’univers , reliée à notre conscience terrestre ? Ce que nous vivons sur terre n’a pas plus de réalité que nos rêves . Ce qui appartient à la terre , c’est notre conscience objective , moissonnant toutes les sensations et perceptions possibles , munie des outils corporels que sont nos sens . Les informations récoltées sont comme un film mémorisé sur une bande et soumis au mental humain : ceux qui regardent le film . Le mental devient alors un observateur de choix car c’est lui qui va être à l’origine d’une réaction : l’émergence d’une autre conscience plus subtile, appelée souvent conscience psychique . Lorsque la lumière s’éteint , l’écran ne reçoit plus les ondes et le film disparaît . Il n’y a plus de projection . Il n’y a que l’écran . L’écran, c’est la terre matérielle , celle qu’on observe sur les photos . Où sommes-nous donc alors ? Il nous faut utiliser d’autres sens , une autre vue et une autre conscience pour le savoir . Lorsque la vie terrestre nous quitte, lorsque la lumière s’éteint et que la projection est achevée, nous réintégrons notre dimensionpremière , celle de l’acteur du film dirigé par le cinéaste : notre être animique possédant une conscience spirituelle acquise par l’expérience et obéissant à la volonté créatrice de Dieu . La " bande " est conservée , elle contient notre existence individuelle insérée pleinement au sein des autres vies humaines . Nous avons parfois le sentiment d’une immense solitude . C’est oublier que nous tissons tout autour de nous des liens puissants bâtis avec des briques de sentiments d’amour, d’amitié, de tendresse, de fraternité , de bonté envers ceux qui nous sont proches, ceux que nous rencontrons au détour d’une rue, ceux qui ont croisé notre route un moment . Chacun de ces êtres tissent également autour d’eux un réseau semblable et ainsi de suite . Si l’on était capable d’imaginer toutes les conséquences de cette chaîne qui se multiplie de puissance en puissance , nous serions étonnés de découvrir que probablement nous sommes absolument tous reliés les uns aux autres par un sentiment d’amour . Celui qui s’est coupé de cette chaîne par sa barbarie, l’oubli total de son âme( le Soi dont parle si bien Teilhard de Chardin ) , celui-là ( s’il existe ) est seul et sera seul pour l’éternité . Se peut-il que dans un être humain mû par ses instincts de haine et de plaisirs pervers de violence et de cruauté, il ne subsiste aucun minuscule point de lumière susceptible d’être un jour libéré ? Nous formons un seul réseau où tout se transmet d’un individu à un autre, d’un peuple à un autre .Toutes les connaissances et expériences vécues , toutes les vérités retrouvées , tout ce qui constitue et constituera la " Grande mémoire universelle " est récoltée comme une moisson collective , corne d’abondance pour ceux qui savent s’en inspirer , s’y connecter. Nos mémoires emplissant à l’infini la corne d’abondance de la Mémoire Universelle, celle qui renferme tous les codes de l’information et retourne à sa source. Où ? Et si ce que nous appelons Christ était finalement tous les hommes et femmes de cette planète dont les ?Soi ? fusionneraient tout en conservant une capacité créatrice et consciente. Non une fusion à la façon hindoue mais plus élargie. Si je me regarde dans un miroir, je me dis : Que vois-tu ? Un corps, une té^te qui pense, un cerveau qui n’existera plus...Alors que suis-je vraiment ? Si je ne suis pas ce que je vois mais seulement la projection, l’illusion, le reflet de cet être qui est moi mais que je ne connais pas vraiment, je cherche... Où est-il ce Soi, cette part de moi, la vraie, celle qui est associée à la notion de l’âme et de ce qui est immortel ? Je retourne le regard tout à l’intérieur, et en même temps je me vois dans le miroir. Je sens bien qu’il y a quelque chose d’autre, que je ne suis déjà plus là , un peu comme le chat de Schrödinger : vivante et morte à la fois. Et encore une autre question se bouscule : c’est comme si je n’étais jamais née, jamais morte, jamais incarnée mais alors, ce que je suis vraiment est hors de tout ce que ma conscience objective récolte et pourtant réside , invisible, protecteur, inspirateur, en lien avec cette conscience. Cela me fait penser au jeu des Sims : on prend des personnages et il y a un symbole au-dessus de leur tête pour les diriger. Le fameux Soi , la conscience supérieure, l’âme-esprit, bref, comment imaginer que je suis cela et me déconnecter ne serait-ce qu’un instant pour faire l’expérience profonde de cet inconnu qui semble être la source de mon existence, de la vie dans mon corps ?

La tête me tourne et comme toujours je pense trop...

Je me souviens de ce rêve si fort, si bouleversant. De cette séparation comme si une ampoule avait claqué et qu’une part de mon esprit se retirait... Puis la vision flamboyante d’un espace s’ouvrant, une lumière blanche extraordinaire et là soudain face à moi, une grande flamme ovale, aussi grande que moi, aux vibrations de feu mais sans chaleur, une flamme ?magnétique ? et aussitôt un sentiment d’amour. Peut-être cela ressemble-t-il à ces expériences de NDE où la lumière apparaît. A cette luminosité dont parlent aussi les Tibétains dans leur livre du Bardöl Todol ( Le livre de l’au-delà ) (et non de la vie et de la mort.)

Au-dessus de la terre , mon esprit s’envole et plane tel un aigle, dans le silence du ciel ...Il survole les misères de l’humanité , les lieux paradisiaques , les endroits infernaux , le bon et le mauvais, ceux qui tout en bas, rient et sont contents, ceux qui pleurent et souffrent... Pourtant , tandis que je plane , la paix m’envahit comme si tout ce qui se passait sur terre était juste un passage pour chacun , un moment qui deviendrait un rêve . Chaque seconde , un être naît et un autre meurt. Le va et vient des " âmes " est incessant, tournant en un cycle qui semble éternel. J’imagine parfois le monde dans moins d’un siècle et je ne me vois plus , je ne vois plus mes enfants, mes amours, mes amis, mes adversaires ...il n’y a plus d’acteurs dans la pièce où je joue . Mes chagrins et mes angoisses s’effacent alors car tout me paraît irréel et finalement je sens que le temps de mon incarnation n’est qu’une étape . Il y a quelque chose d’autre qui continue , une autre expression de l’esprit, une sorte de conscience aux vibrations plus élevées , permettant de capter une autre dimension de l’univers ou de l’ Esprit divin .

Peut-être que chacun trouvera " sa dimension " selon la fréquence particulière de son être qu’il aura atteinte au moment de son décès ..C’est comme une couleur ou un nombre complexe , une sorte de "signature "parfaite qui caractérise chaque individu . Celle-ci s’écrit en trois parties et trois sous parties : la signature de la conscience spirituelle, la signature de la conscience psychique et animique, puis celle de la conscience objective . Notre fréquence est donc l’image complète de ce que nous sommes et je crois qu’après le passage de la mort, nous sommes attirés par des lois cosmiques immuables et valables pour tous, vers un monde ( une dimension ? ) qui correspond à une échelle de vibrations contenant cette fréquence. Tous ceux qui sont inclus dans cette " échelle " de vibrations se retrouveront dans la même " catégorie " , sur le même plan. Ainsi , l’espoir de retrouver ceux que l’on a aimé sur terre n’est pas perdu car l’amour, l’amitié, la fraternité sont des liens puissants qui vibrent au même niveau .

Peut-être pouvons- nous comprendre ce qu’expriment les religions lorsqu’elles parlent de paradis ou d’enfer. Certes, l’enfer existe déjà sur terre pour beaucoup . Mais imaginez ceux qui ont mené une vie axée sur la joie et l’aide à autrui, l’harmonie de leur famille et de leur existence, parsemée d’idéaux, suivant des règles d’éthique pour respecter le bien-être des autres. Ceux-ci parviendront à une dimension de l’au-delà qui sera pour eux lumineuse . Par contre ceux qui se sont comportés comme des barbares, des êtres emplis de haine et de violence seront attirés par leur propre "couleur " dans un plan correspondant. Ce sera pour eux un enfer où toutes les douleurs et les souffrances qu’ils auront commises les pénétreront .


Documents joints

25 janvier 2012
Document : PDF
22.7 ko

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 988 / 74661

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Spiritualite et Religion   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.11 + AHUNTSIC

Creative Commons License