Questions d’êtres

Une vie possible ailleurs ?

vendredi 27 janvier 2012 par Aloan

Tiré d’un article sur : Flashespace.com La recherche d’une forme de vie extraterrestre est devenue un sujet d’actualité parmi la communauté scientifique des astronomes, des biologistes et du grand public en général. Mais peu de personnes se souviennent que ce domaine bien particulier de la recherche scientifique a pris son envol il y a 40 ans.

Petit rappel historique. En 1959, des physiciens publiaient un article dans la revue britannique Nature. Cet article, Searching for Interstellar Communications, débattait de l’idée que des télescopes radio pouvaient devenir suffisamment sensibles de manière à capter les signaux radio d’éventuelles civilisations évoluant autour d’étoiles distantes. Les deux chercheurs suggéraient que de tels messages pourraient être émis sur une longueur d’onde bien particulière, de 21 centimètres (1,420.4 mégahertz). Cette longueur d’onde n’a pas été choisie au hasard. Elle caractérise l’émission de l’hydrogène neutre, l’élément le plus commun dans l’Univers. Il semblait alors aux scientifiques logique que d’autres civilisations avancées utilisent ce point de repère judicieux du spectre radio.

En avril 1960, l’astronome Francis Drake devenait la première personne à effectuer une recherche systématique de signaux intelligents en provenance de l’ensemble de l’Univers. Drake utilisait pour son travail le télescope radio de 25 mètres de diamètre de l’Observatoire National de Green Bank. Il écouta ainsi deux étoiles similaires à notre Soleil, Epsilon Eridani et Tau Ceti. Son projet, dénommé Ozma, était bon marché, simple, mais malheureusement infructueux. Francis Drake, convaincu de l’existence d’une forme de vie extraterrestre depuis son enfance dans les années 30 à Chicago, ne pouvait pas s’imaginer que le genre Humain soit la seule civilisation peuplant l’Univers.

En 1992, il publia un livre ’Is Anyone Out There ?’, ce qui peut se traduire par ’y a t’il quelqu’un à l’extérieur ?’ Et en novembre 1961, après plusieurs débats sur les perspectives d’une recherche d’une forme de vie extraterrestre intelligente (SETI, aujourd’hui), Francis Drake présentait son équation :

N = R x fp x ne x fl x fi x fc x L

Cette équation exprime le nombre (N) de civilisations ’observables’ qui existent dans notre propre Galaxie, la Voie Lactée, comme une multiplication de plusieurs éléments qui nous sont inconnus.

R : le nombre d’étoiles naissantes chaque année dans la Voie Lactée ; FP : fraction de ces étoiles qui possèdent un système planétaire ; NE : nombre moyen de planètes similaires à la Terre (aptes à abriter une forme de vie) ; F : nombre de planètes habitables sur lesquelles une forme de vie a pu évoluer ; FI : taux des planètes où une évolution biologique produit effectivement une forme de vie intelligente ; FC : taux de ces formes de vie intelligentes capables de communiquer à travers l’Univers ; L : durée de vie moyenne d’une civilisation capable de communiquer à travers l’Univers (exprimée en années).

L’équation de Drake est aussi simple que fascinante. Cette formule donne par la même occasion à la recherche SETI une base sérieuse pour l’analyse scientifique des données. De nombreux astronomes et biologistes ont bien essayé de résoudre cette énigme, sans malheureusement jamais y parvenir.

A première vue, fournir une bonne estimation de la solution semble assez facile, mais dans la réalité, trouver le nombre de civilisations potentiellement assez développées pour communiquer n’est pas si aisé que ça. Plusieurs variables ont été affinées au cours des dernières années, mais au moins trois nous demeurent encore inconnues.

Autre site à lire qui reprend chaque paramètre :

http://josephv.free.fr/seti/Drake.html

Par exemple Fi :

f(i) : La fraction des planètes "vivantes intelligentes". C’est le nombre de ces planètes qui peuvent évoluer vers une vie intelligente. Sachant que la sélection naturelle tend vers une complexification de la vie et la survie des espèces capable de mieux s’adapter à leurs environnements, il ne serait pas absurde de penser que ce terme est égale à 1.

Pour répondre encore mieux à la question du paramètre Fi voici en page 3 un texte issu du site : exobio.chez-Alice.fr

Voir en ligne : article complémentaire

Forum

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1516 / 68694

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le portail des Sciences   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.11 + AHUNTSIC

Creative Commons License